De la lumière aux ténèbres

Pierre-Henri Lacreuse Vol sur Marges octobre 2013

Montagne à l’envers, le grand canyon du Verdon a longtemps fait peur. Seuls d’intrépides cueilleurs de buis s’encordaient pour s’aventurer dans les ténèbres vertes que l’on découvre, entre les deux hautes parois rocheuses, depuis les belvédères juchés pour certains à plus de 700 m au dessus de la rivière.

Aujourd’hui, les grimpeurs ont suivi les cueilleurs et les marcheurs empruntent les voies, ouvertes en 1905, par Isidore Blanc et Edouard-Alfred Martel, pour s’approcher de la rivière domestiquée par les barrages. Là-haut, dans la lumière, sous le glissement majestueux des vautours réintroduits, les 7 villages des gorges sont les gardiens de ce grand monument minéral classé. C’est depuis leurs postes d’observation, avec le recul nécessaire, que les images sont les plus belles. C’est entre leurs murs que les secrets se partagent, d’un musée à l’autre. C’est avec les guides-accompagnateurs que les plus étonnantes rencontres se font avec le minéral ou le végétal, avec l’histoire ou le patrimoine.

A lire aussi

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8