La région du Verdon dispose d’un patrimoine naturel exceptionnel parce que la rivière, ses affluents et les zones humides du bassin versant offrent des lieux de reproduction et permettent le développement de nombreuses espèces d’animaux ou de plantes, parfois uniques ou en danger.

 

(PNRV) Zone humide de Praou à Rougon	(PNRV) Aprons dans les grandes gorges

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les boisements bordant les cours d’eau (ripisylve) sont différents selon les zones. Cette ripisylve stabilise les berges et lutte contre l’érosion. En filtrant l’eau, elle tient un rôle d’épurateur naturel. Elle abrite une faune et une flore diversifiée. Elle contribue à la beauté des paysages.

Les zones humides sont de véritables réservoirs de biodiversité. Prairies humides, marais d’altitude, mares ou petits plans d’eau, roselières de fond de vallée, lônes ; elles jouent un rôle important d’autoépuration, de stockage de l’eau en période humide et de restitution aux cours d'eau en période sèche.

Les poissons présents dans l’eau sont nombreux et témoins du fonctionnement écologique des cours d’eau. Dans la partie amont du bassin, les eaux fraîches et bien oxygénées du Verdon sont favorables à la Truite fario. On note la présence de blageons, de barbeaux méridionaux, de chabots, espèces en danger. Enfin, le Verdon abrite l’Apron du Rhône, un poisson qui n’existe plus que dans les bassins de la Durance, de l’Ardèche et du Doubs.

L’eau vivante du Verdon fait l’objet de nombreuses attentions. Des actions sont menées en faveur de l’entretien des bords des cours d’eau, de la préservation des zones humides, de la protection des espèces, du rétablissement de la circulation des espèces aquatiques et des sédiments, de la surveillance de l’ensemble des écosystèmes aquatiques. Les exemples sont nombreux de ce que chacun fait, qu’il soit agriculteur ou professionnel d’une pratique sportive, promeneur ou élu, pour préserver ce lieu favorable à la vie que constituent les milieux aquatiques.

 

A lire aussi

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8