Actualités
Crédit photo : Effraie des clochers de David Allemand

Une chouette restauration de cabanon

L'Effraie des clochers est une magnifique chouette qui ne laisse pas insensible. Son masque facial blanc en forme de coeur permet facilement de la distinguer des autres chouettes. L'espèce est présente sur l'ensemble du territoire national, excepté dans les zones montagneuses dès lors que la durée d'enneigement hivernal trop importante ne lui permet plus de débusquer ces proies favorites : souris, musaraignes, campagnols et autres mulots.

L'espèce affectionne les milieux ouverts et bocagers, offrant une mosaique paysagère composée de prairies, de vergers et de champs bordés de haies et de bois. Proche de l'Homme, elle niche dans des bâtiments anciens lui assurant un minimum d'espace sombre et de tranquillité (granges, bergeries, greniers de ferme ou de maison peu fréquentées, églises, pigeonniers et cabanons etc.). Bien que commune en France, l'espèce est en déclin. La raréfaction de gîtes pour nicher, l'intensification des pratiques agricoles (simplification des paysages, impacts des produits phytosanitaires) et les collisions routières auxquelles l'espèce paie un lourd tribut, impactent directement ce bel oiseau.

Sur le territoire du Parc naturel régional du Verdon, il existe très peu de données sur l'Effraie. La disponilité de gîtes semble constituer le principal facteur limitant au maintien de l'espèce. Soit les bâtiments ne sont pas entretenus et finissent par tomber en ruines, ou à l'inverse, la restauration rend hermétique les bâtiments à la faune sauvage.

Mais la restauration du bâti n'est pas incompatible avec la préservation de la biodiversité !

Le territoire du Parc du Verdon abrite un patrimoine bâti vernaculaire très riche, dont les pigeonniers et cabanons du plateau de Valensole. Ces derniers ont fait l'objet d'une première phase d'inventaires participatifs en 2011 et 2012.  L'objectif est de pouvoir aider et accompagner les communes et les propriétaires à sauvegarder et restaurer ce patrimoine témoin du savoir-faire de nos aieux. Et si possible, de maintenir le gîte et le couvert à des espèces qui en dépendent, comme l'Effraie des clochers, des chauves-souris.

En 2013, la restauration d'un cabanon avait été accompagnée de la pose d'un nichoir à Effraie, avec un accès maintenu à l'intérieur du cabanon. Plusieurs indices de présence d'une Effraie dans le secteur, assez récents, laissaient espérer qu'une Effraie pouvait encore être présente et qu'elle ne dédaignerait pas un nouveau gîte fait pour elle ! Le nichoir avait été confectionné par les enfants du centre de loisirs de Moustiers-Sainte-Marie.

Quatre ans après, le pari est en bonne voie. Si le nichoir n'a pas encore été utilisé, le pigeonnier est en revanche fréquenté ! Un suivi va être mis en place pour essayer de savoir s'il s'agit d'un individu de passage en quête de territoire ; ou bien s'il pourrait s'agir d'un oiseau toujours présent, voire même s'il y aurait un couple?...

Vous habitez dans le Verdon et vous avez déjà vu de l'Effraie, que ce soit anciennement ou recemment? Votre témoignage nous sera très précieux pour améliorer les connaissances de la présence de l'espèce sur le territoire du Parc !

Pour partager vos observations : dchavy@parcduverdon.fr

Découvrez le portfolio du photographe de nature David ALLEMAND, auteur de la photo de cet article et son projet d'édition sur les chouettes et hiboux d'Europe : www.david-allemand.com

Découvrez les cabanons et pigeonniers du plateau de Valensole avec le guide du Parc

 

 

 

Mise en ligne: 
Lundi 15 mai 2017

A lire aussi

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8