Actualités

Mobilisation pour les forêts du Verdon et du Luberon !

Projet EON (centrale biomasse de Gardanne) : les élus du Parc naturel régional du Verdon et de la Réserve de biosphère Luberon-Lure ont déposé auprès du tribunal administratif de Marseille un recours contre l’arrêté autorisant l’exploitation de la centrale E.ON de Gardanne. Ils contestent en particulier l’enquête publique et l’absence d’information des collectivités et citoyens concernés.

Une conférence de presse a été organisée le 27 mars 2015 à Forcalquier pour exposer les motifs de ce recours et la stratégie forestière locale en présence de :
• Christophe Castaner, député-maire de Forcalquier ;
• Jean-Louis Joseph, conseiller régional, président du Parc naturel régional du Luberon ;
• Bernard Clap, président du Parc naturel régional du Verdon ;
• Pierre Garcin, président de la Communauté de communes Pays de Forcalquier-Montagne de Lure ;
• Brigitte Reynaud, présidente de la Communauté de communes du Pays de Banon.

Ci-dessous des extraits des interventions de la conférence de presse :

Bernard Clap, président du Parc naturel régional du Verdon
Ce projet entraînera un véritable déséquilibre économique et social.
Il y a 120 000 ha de forêt dans le Parc du Verdon et plus de 45 entreprises de la filière bois.
Le projet E.ON entre en concurrence avec les démarches de valorisation du bois d'œuvre local, comme "Bois des Alpes".
Nos territoires ruraux fournissent des ressources au reste de la Provence, que ce soit de l'eau ou maintenant du bois. 
Il est juste que nous soyons respectés et que nous bénéficiions d'un retour local.
Comme pour l’eau, les communes ont la possibilité de gérer leur forêt en régie.
Les exploitants qui travaillent pour E.ON iront surexploiter les terrains les plus faciles.
Il restera à la charge des collectivités l'équipement et l'exploitation des secteurs les plus difficiles, avec la construction de pistes forestières ou le débardage par câble.

Christophe Castaner, député-maire de Forcalquier
« Les signataires du recours ne sont pas opposés au développement de la filière bois-énergie, bien au contraire !
Mais le projet d'E.ON illustre une juste démarche qui tombe dans le travers de la financiarisation de l'économie.
La mise en route de la centrale ira à l'encontre de nos équilibres et de nos paysages. »

Jean-Louis Joseph, président du Parc naturel régional du Luberon
« La convention d'Aarhus, qui garantit au citoyen l'information et la possibilité de recours  contre les décisions qui concernent son environnement, n'a pas été respectée sur notre territoire.
Nous craignons pour nos paysages et pour nos 55 chaudières à bois.
Nous craignons les coupes blanches, nous qui vivons du tourisme, de la randonnée et de la qualité de nos paysages. »

Pour télécharger le dossier de presse

Mise en ligne: 
Lundi 30 mars 2015

A lire aussi

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8