Actualités

Les galets du Verdon à la loupe

Le 26 avril 2017, à la maison des gorges de La Palud-sur-Verdon, les enfants de l’école primaire et maternelle de la commune ont approfondi leurs connaissances sur la rivière. A travers une animation ludique et une exposition, l'animatrice Natura 2000 du Parc naturel régional du Verdon (site des Grandes Gorges du Verdon) a fait découvrir aux enfants les larves d’insectes, les œufs de poissons mais aussi ceux des crapauds et de grenouilles qui vivent cachés sur ou entre les galets du Verdon.

Les visuels très parlant de l’exposition sur les barrages de galets ont permis aux enfants de voir quelles pouvaient être les conséquences de ces nombreux barrages construits chaque été pour s’amuser : écrasement et dérive des insectes aquatiques, blocage de certains poissons, réchauffement de l’eau et diminution de la disponibilité en oxygène, écrasement des œufs… L’idée était aussi de faire connaissance avec de drôles de bêtes, comme le Riolus dont la larve aquatique allongée se transforme en une sorte de scarabée terrestre. Parmi les nombreuses espèces d’insectes aquatiques, on trouve ceux qui broutent les mousses et les algues à la surface des pierres, ceux qui mangent d’autres larves plus petites, ceux qui consomment des débris organiques comme des morceaux de feuilles. Chacun vit dans un habitat qui lui est propre et qui peut-être impacté d’une manière ou d’une autre lorsqu’on remue les galets ou que l’on y marche dessus.

Mais les enfants ont aussi découvert que le Verdon possèdait une richesse dApron du Rhône (G. Archambaud, IRSTEA)evenue aujourd’hui très rare, un poisson endémique du bassin du Rhône qui s’est retrouvé piégé dans le Verdon, suite à la construction des grands barrages (construits cette fois en béton - et non en galets - pour fournir de l’énergie). Ce petit poisson de 20 cm de long s’appelle l’Apron du Rhône et une belle population est encore présente dans le Verdon. Une expostion et un film ont permi aux enfants d'apprendre à reconnaitre ce poisson mimétique qui se pose sur les galets, espérant ne pas être repéré. Les études scientifiques menées dans le Verdon et dans les autres rivières où l’espèce est présente, ont montré qu’il se nourrissait à 80% d’une seule espèce d’insectes (une larve d’Ephémère). Fragile, il est aujourd’hui en voie critique d’extinction et le Parc naturel régional du Verdon participe activement à sa sauvegarde sur son territoire. Cette sauvegarde s’appuie sur un partenariat important avec l'Agence Française de la Biodiversité (AFB), l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (IRSTEA), l’Université d’Aix-Marseille et le Conservatoire d’espaces naturel de Rhône-Alpes qui coordonne les opérations de conservation de l’Apron en France.

Pour finir la matinée, les plus petits ont exprimé à travers leur dessin, leur vision de la vie dans le Verdon (dessin de Loo, 5 ans), tandis que les grands testaient leurs connaissance sur l'Apron.

 

 

Mise en ligne: 
Mercredi 26 avril 2017

A lire aussi

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8