Rétablir la circulation dans les cours d’eau …

 

Dans une rivière, la continuité écologique est la possibilité pour les espèces animales de circuler librement, et pour les sédiments d’être transportés vers l’aval. La continuité amont-aval est entravée par les obstacles transversaux comme les seuils et les barrages.

 

  Seuil infranchissable à Castellane

 

La circulation des espèces

Toutes les espèces de poissons ont besoin de circuler sur un linéaire plus ou moins long de la rivière afin d’accomplir leur cycle de vie : reproduction, alimentation, croissance... Cette progression vers les lieux de croissance ou de reproduction est rendue difficile, voire totalement impossible, par les obstacles présents dans le cours d’eau. Les conséquences sont :

  • Une diminution de la reproduction, entraînant une baisse des effectifs voire une extinction de l’espèce
  • Un isolement de différentes populations empêchant les échanges génétiques : affaiblissement de la population, augmentation des risques en cas de pathologie…
  • Une réduction des possibilités de fuite et de recolonisations lors de perturbations naturelles (crues) ou accidentelles (pollutions)

 

Création d’une passe à poissons sur ce seuil par EDF

Le transport des sédiments

Les sédiments transportés par les cours d’eau ont longtemps été considérés comme une ressource (extractions), ou comme une gêne pour le bon écoulement des crues… Aujourd’hui, on sait qu’ils sont un élément essentiel au maintien de l’équilibre physique et écologique de la rivière : ils maintiennent la morphologie du lit, ils constituent des milieux de vie et habitats pour de nombreuses espèces, et ils participent au maintien de la qualité de l’eau. Le blocage des sédiments par un obstacle va créer un déficit à l’aval, avec de nombreuses conséquences : incision du lit, entraînant une déstabilisation des ouvrages (ponts, digues…), une baisse du niveau de la nappe (diminution de production des captages…), une disparition des substrats favorables à la vie et à la reproduction des espèces aquatiques…

 

En dehors des impacts sur les continuités, les obstacles ont d’autres impacts : ralentissement de l’eau provoquant une augmentation de la température et de l’évaporation, risque de développement d’algues vertes, dégradation de la qualité…

Assurer la continuité écologique des cours d’eau consiste donc à permettre le passage de la faune aquatique et la circulation des sédiments minéraux. En France, plus de 75 000 obstacles ont été répertoriés, dont au moins 153 dans le bassin du Verdon, et presque la moitié sur le bassin versant du Colostre. Si cette continuité est impossible à assurer sur les grands barrages, elle est en train d’être rétablie sur les seuils plus modestes. Une dizaine de projets sont en cours afin d’aménager ou de supprimer ces obstacles. La solution retenue doit permettre de concilier la restauration des continuités avec les besoins et usages socioéconomiques liés à l’ouvrage (irrigation agricole, usages touristiques, intérêt patrimonial…). Dans le cadre du contrat rivière, le Parc accompagne l’ensemble des porteurs de projet.

 

Carte des projets de restauration des continuités en cours sur le bassin versant (à venir)

 

Pour en savoir plus sur la continuité

Plaquette de l'ONEMA « Pourquoi rétablir la continuité écologique des cours d'eau ?»

Film Agence de l’eau «Redonnons libre-cours à nos rivières»

A lire aussi

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8